Attention ! ce blog présente des images qui peuvent heurter l'insensibilité de certaines et de certains, hélas majoritaires; il est donc interdit aux vieux (et aux jeunes) grincheux, aux snobs et aux adeptes de l'art conceptuel hermétique. Les autres: éternels enfants, adolescents attardés, rêveurs insoumis, artisans mes frères, vieilles petites filles mes soeurs, soyez les bienvenu(e)s chez Noizette.

vendredi 13 avril 2012

Le Manifeste du Salon d'Automne


"Devenu un produit spéculatif juteux, financièrement comme en termes d’image, l’art contemporain a précipité les artistes hors-circuit dans une solitude extrême et dans l’impossibilité de faire connaître leurs travaux.

Il en est de même pour les Salons historiques invités à développer eux-mêmes leur « propre économie ». Mais comment y parvenir quand toutes les portes se ferment, quand on vous réplique sur le ton de l’évidence et la main sur le coeur … que « les peintres et les sculpteurs, ça n’intéresse plus personne » ! La condamnation hier de « l’art dégénéré » n’est pas sans analogie avec le soutien exclusif à l’art contemporain aujourd’hui : l’un est ouvertement éliminé quand on s’arrange pour que l’autre élimine tout le reste. A l’évidence, l’élargissement incontestable des champs plastiques est une aubaine pour évacuer définitivement ces notions honnies entre toutes, de « tradition » et de « métier » : vidons la baignoire et le bébé avec !"



Brèves du Salon d'Automne - Extrait de l'article du 14 mars 2012