Attention ! ce blog présente des images qui peuvent heurter l'insensibilité de certaines et de certains, hélas majoritaires; il est donc interdit aux vieux (et aux jeunes) grincheux, aux snobs et aux adeptes de l'art conceptuel hermétique. Les autres: éternels enfants, adolescents attardés, rêveurs insoumis, artisans mes frères, vieilles petites filles mes soeurs, soyez les bienvenu(e)s chez Noizette.

samedi 11 août 2012

Tribune de Gagavir - Edition du dimanche 3 juin 2012

Table d'orientation de la planète Gagavir
Vous savez, ou vous ne savez pas, que la douce, peace and love  planète Gagavir, a été pulvérisée courant 2011 par un météorite.téléguidé en provenance de la terre.

Enfin, après une année de squatt et d'errance, grâce à l'espoir inébranlable et à la volonté de fer de la Reine Gougoupe qui jour et nuit scruta le ciel, une nouvelle planète inhabitée a été dénichée dans le Grand Cosmos.

C'est un tout petit lopin de rien du tout, à mi-chemin entre la Grande Ourse et la Petite Ourse,  un tout petit bout de terre dont personne ne veut parce qu'il n'y a rien de terrible à exploiter, ni or, ni pétrole, ni peaux de phoques, ni cornes de rhinocéros, ni culs de femelles, ni défenses d'éléphants, enfin vraiment rien quoi.

Sur ce petit lopin "misérable" il y a juste,  une végétation luxuriante, des paysages de rêve, un climat idéal,  une mer aux eaux turquoises,  des fruits délicieux et juteux et des fleurs, des fleurs, des fleurs.


La Reine Gougoupe, après avoir réuni, dans un lieu tenu secret, le Conseil des Anciens que présidait Socrate le BonobHomme, a donné le signal du Grand Rassemblement.


Alors de tous les coins et recoins de la terre, les rescapés de Gagavir,  quittant les tanières où ils s'étaient réfugiés, ont pris la route pour se retrouver le jour J, à l'heure H, au fond du Sahara où ils avaient caché leurs Volantes Soucoupes, prêts à embarquer vers leur nouvelle patrie.    Les premiers arrivés furent les Hippos Jojos, avec à leur tête Fuck off qui jubilait.  Puis la Reine sur son cheval Pégase et le Prince Karim de Garzouza, puis la Lente, lente Dame Tortue sur le dos de Morgana la Panthère Magique, puis Ienche le Chien puis Miolo le Roi Chat avec ses troupes, puis les Sept Fées de Gagavir sur leurs licornes magiques, puis Popotina l'hippopotame accompagnée de Caroline la Rhinocérose Indienne, puis le Maestro et son orchestre cacophonique, puis la Tribu des Bonobhommes et l'Armée des Fantômes.  Les derniers arrivés furent le Professeur Lallumé et Pulpoc l'Eléframboise, car le professeur s'était perdu dans le désert en courant après des papillons rarissimes et Pulpoc avait du partir à sa recherche. Il l'avait enfin retrouvé, errant dans les dunes sous un soleil de plomb. 


Je vous laisse imaginer la joie des retrouvailles, les accolades et les embrassades, les rires et les larmes de joie, le champagne et le rosé bien frais coulant à flots pour réconforter les troupes épuisées par leur longue longue marche. Mais il était grand temps de quitter cette maudite planète terre, et sans tarder la Reine donna le signal du départ. On embarqua.


Peut-être avez-vous vu dans le ciel ce matin à l'aube,  un embrasement magique, le somptueux bouquet final d' un feu d'artifice, une gerbe d'étoiles multicolores, des fleurs et des paillettes d'or, et vous avez cru rêver. Mais ce n'était pas un rêve: c'était la féerique traînée que laissent toujours les Volantes Soucoupes quand elles s'évanouissent dans le Cosmos.


A suivre


Article by Noizette